MAITRE(SSE) ET SOUMIS(E) SOFT - MODE D'EMPLOI

Mis à jour : janv. 13

Qui n'a pas besoin de plaisirs charnels, même si certains n'en n'ont pas conscience ?

Mais il existe aussi le besoin de se sentir légitime et celui d'être au centre de toutes les attentions.

Celui de maîtriser et celui d'être à la merci d'un protecteur.

Une façon de ne pas subir les aléas de l'amour classique, de se laisser aller plus facilement à l'instant présent, de partir à la recherche d'un épanouissement personnel, à la recherche d'un bonheur serein.


Qui souhaite s'adonner à cette pratique doit en avoir l'envie, la capacité et certaines compétences relationnelles, une certaine intelligence, car il s'agit d'adopter une philosophie et s'adonner à l'art d'une communication particulière.


C'est la relation entre deux êtres qui se complètent, cheminent vers l'inconnu, prennent le temps de laisser la confiance s'installer, acceptant les ornières et savourant les instants magiques. L'introspection de chacun est nécessaire pour chacun chemine aussi de son côté ; il peut s'agir d'une démarche de développement personnelle, qui mènera là où l'on ne peut même pas imaginer.

Lorsqu'il s'agit d'un homme et d'une femme, le plus logique dans notre culture judéo-chrétienne est que l'homme devient le maître et la femme sa soumise. Les femmes dominatrices sont rares, mais toutefois très recherchées, par des hommes qui ont ce besoin de se soumettre aux désirs, voire sévices de la gente féminine.


L'homme devient maître avec le temps, une sorte d'évidence face à une femme qui souhaite s'en remettre à lui, à sa tendresse, à son attention, à son énergie. Le chemin peut être long, chacun d'eux doit se connaître, ils doivent s'apprécier, apprendre à s'aimer différemment du modèle classique, laisser la confiance et la complicité grandir, que chacun trouve sa force grâce à l'Autre.


La Maître montre le chemin, rassure sa soumise, la protège, la soutient dans ses envies, ses besoins. Elle connaît les dangers, sait que l'emprise peut dépasser certaines limites, que la soumission psychologique est possible. La femme doit donc avoir cette capacité à être forte pour pouvoir gérer les différentes situations que le couple rencontrera. Elle doit se protéger pour ne pas que l'histoire soit pour elle destructrice.


L'homme a la sagesse de connaître, mais surtout d'appliquer des règles de fonctionnement tout en la respectant et pardonnant ses erreurs, lui expliquant les choses, sans la juger ; la femme accepte de se laisser guider, sait qu'il la protège contre ses émotions, ses peurs, sait que son Maître la fera grandir, et que celui-ci gagnera en confiance, que cela lui profitera. Un échange qui apporte aux 2, même si le chemin est parsemé d'épreuves, ils en sortent à chaque fois grandis. La relation est réussie lorsque le plaisir est partagé des 2 côtés, lorsque le Maître est fier de sa Soumise, fier de son « travail », qu'elle-même s'épanouit dans la relation.


La soumise se laissera porter par son maître en toute confiance tout le temps où la relation sera sereine et constructive, mais c'est elle qui peut, à tout moment, reprendre sa liberté, si elle considère que la complicité ou la sincérité ne sont plus présentes.


Elle peut aussi décider d'accepter un autre Maître qui l’emmènera sur d'autres chemins, d'autres introspections, d'autres évolutions, une nouvelle sérénité.


Mais attention à ne pas se laisser aller devant certains dominateurs qui peuvent s'adonner à des actes de maltraitance psychologique et/ou d'agression sexuelle. Un dominant peut devenir Maître ; le dominateur peut être nuisible à l'équilibre psychologique de la femme.


27 vues0 commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2021 par Libertinism support - Mention légales