MA PREMIERE SORTIE EN CLUB

COMMENT APPLIQUER LES GESTES BARRIERES

INTRODUCTION :


Libertins, échangistes... on compte approximativement 270 établissements en France fermés pendant les confinements. Certains ont pu rouvrir leurs portes entre le 1er et le 2e car ils bénéficiaient de pièces d'eaux, donc assimilés aux piscines. Mais les règles ont changé et ils sont maintenant bien pénalisés. Souhaitons tous que chacun restera responsable pour permettre des réouvertures au plus tôt. Préparez-vous, renseignez-vous pour être prêts lors des ré-ouvertures de certains établissements, d'autres fermeront leurs portes malheureusement, tout comme certains restaurants ou autres....

Comment appliquer au maximum les gestes barrières ? Quelles précautions sont à prendre ? Restons légers à la lecture de cette petite histoire d'entre-deux confinements.... Régalez-vous.


TEMOIGNAGE D'UNE JEUNE LIBERTINE : INITIATION AU CLUB


Jeune libertine, avec toutefois quelques kilomètres au compteur, j'avais depuis plusieurs mois pour projet d'aller un jour en club libertin.


Assez rapidement, j'ai su que pour passer le cap, je devais d'abord rencontrer la bonne personne, celle qui me protégerait des autres qui pourraient éventuellement me «chahuter» psychologiquement, mais aussi de moi-même, pour que je ne dépasse pas certaines limites qui pourraient me bloquer pour continuer dans cette voie.


3 candidats me semblaient aptes à m'accompagner dans cette aventure. 2 coquins novices dans ce domaine, dont je m'assure que leur vie dissolue ne l'est pas trop, et un ami, réel ami non coquin qui souhaite être initié au libertinage, et dont je connais le sérieux en matière de gestes barrières.


L'opportunité a fait que j'ai passé ce pas avec l'un de mes coquins. Une opportunité non réfléchie, projet de dernière minute, qui permet de ne pas psychoter ou stresser.

Une question fondamentale s'est posée: «comment je m'habille» ?

Le nez dans le placard, heureusement, j'ai le choix...

Et en fait, sans trop réfléchir, je sors une petite robe légère noire, ajourée au-dessus de la taille pour laisser entrevoir mes seins, un collant «jarretelle» et une culotte transparente. Par chance, j'ai aussi des talons aiguilles, même si je ne les ai porté qu'une seule fois pendant 1 heure. Je m'habille et on verra bien. Car si ça se trouve je vais me retrouver nue dès l'arrivée au vestiaire. Inutile de se prendre la tête..... Le principal était que je n'ai plus un poil ! Lol !

Mais quand même ! Je suis fière de ma tenue...


En route pour cette nouvelle aventure. Hâte de découvrir ce nouvel environnement de coquineries, observer ce qui s'y passe et scruter chaque geste ou regard coquin. Je garde bien sûr en tête la notion de distanciation physique et nous nous parons de nos jolis masques en tissus.

A l'entrée, 2 beaux vigiles masqués avec des yeux magnifiques. Ça commence bien! Puis à l'accueil, une belle hôtesse masquée aussi, joliment dénudée, coquinement habillée. Je ne devrais pas être ridicule ! L'accueil coquin ne fait toutefois pas oublier les quelques gouttes de gel hydroalcoolique nécessaires avant l'entrée dans le club.


A notre question sur notre approche avec le club, l'hôtesse nous fournit les premières explications, le lieu de vestiaire et nous invite à nous faire connaître au bar pour une visite guidée des lieux.


Elle nous remet une clé qui nous attribue un casier. Cette clé nous permet de mettre toutes nos affaires en sécurité mais aussi de consommer au bar, le règlement se fera au moment du départ.


Au vestiaire, un couple se déshabille dans une allée, je vais faire ma curieuse et les vois nus et masqués ; je leur pose alors la question de la façon dont on doit s'habiller. Leur réponse m'amuse: «ici on est libre, on y va comme on veut, nus, habillés ou semi-habillés, comme on le sent».


Nous décidons que je me lance en tenue coquine, mon coquin reste habillé en pantalon et chemise, mais en oublie son masque dans le casier. L'émotion sans doute.... Erreur vite réparée car sans masque, nous nous sentons parfois nus, les habitudes étant désormais bien prises.


Nous entrons côté bar, et nous présentons comme nouveaux visiteurs pour bénéficier de la visite guidée.

Les hommes et femmes portent bien leur masque dès qu'ils circulent. Côté bar et sur la terrasse les convives sirotent leurs boissons autour des tables.

Visite ensuite des alcôves, du sauna, du hammam et du jacuzzi.

Plus qu'à choisir l'ordre de nos visites. Mais détendons nous d'abord avec une coupe de champagne !


Nous choisissons de nous asseoir à proximité d'un couple sagement assis sur une banquette. Mais la disposition ne favorise pas le dialogue et de toute façon, l'envie n'est pas vraiment là. Le couple finit par se lever et s'en va vers d'autres cieux.

Alors nous décidons d'aller faire nos curieux dans les alcôves, petites pièces réservées aux couples et femmes seules. Une seule est occupée, visiblement réservée pour les voyeurs car la pièce est fermée, seul le rideau s'ouvre de temps en temps.


Alors direction le vestiaire pour se changer, en mode « nus comme des vers », on traverse le couloir, un détour par les alcôves pour faire nos curieux puis en route pour tester le jacuzzi, la petite clé du vestiaire au poignet, style « je vais à la piscine », mais à poil ! Vêtue d'un paréo pour moi, une serviette pour mon coquinou (fournis lors de notre passage au bar), armés de nos masques, nous partons vers les pièces d'eau. Direction les douches, où certains couples débutent leurs ébats, se caressent, sensualité agréable à regarder, envieux de constater cette liberté d'être. J'admire ces couples sages qui d'eux-mêmes se distancent ; une douche sur 2 est occupée...


Sans hésiter, nous laissons nos serviettes, paréo et masques à l'entrée du jacuzzi et nous engouffrons dans cette petite piscine à bulles. Nous monopolisons un coin et observons 2 femmes et 3 hommes qui débutent leurs jeux ; un jeune homme cherche le regard d'un couple, et un autre couple entre à son tour dans l'eau. Tout cela donne envie de se rapprocher, de jouer aussi, de se laisser aller, de découvrir de nouvelles sensations, de profiter de ce nouvel environnement, ce nouveau contexte. La piscine est assez grande pour que chacun garde ses distances. Pas question d'échangisme ni mélangisme ; il serait dommage de créer d'éventuels cas contact Covid !


Avec mon coquin, nous nous caressons, jeux de mains et de regards autour de nous pour augmenter l'excitation, s’imprégner, se délecter des plaisirs environnants. Envie d'être doigtée. Je le dis. Puis envie de masser ce sexe caché sous l'eau. Je le fais. Envie d'être pénétrée, de ne pas résister, nous le faisons, mais un vigile approche pour nous signaler que cela est interdit. Il est bien évident que l'éjaculation n'est pas hygiénique... Mais qu'il est simple de se laisser aller !


Qu'à cela ne tienne, il y a d'autres possibilités. Je monte d'une marche sur le bord du jacuzzi, à la demande de mon coquin qui a envie de me bouffer la chatte. J'obtempère de très bon cœur, n'hésite pas un seul instant. Hummm ! Que c'est bon de s'offrir à la bouche de ce coquin osé, de s'offrir aux yeux de nos voisins de piscine. Pendant ce temps, dans le groupe de jeune, un homme se fait sucer par sa compagne. Quel beau partage !

Une certaine jouissance légèrement retenue se fait sentir, un moment unique de libertinage, de voyeurisme. Succulente cette distanciation !


Une fois l'émotion retombée, je redescends dans l'eau, ne sachant plus vraiment où regarder, que faire, profiter de mon plaisir, de mon coquin, de mon environnement, des bulles si douces du jacuzzi.


Un couple s'installe dans un coin de la piscine ; il semblent seuls au monde. Rapidement, ils s'enlacent, s'embrassent et Madame plonge dans l'eau se délecter du sexe de son homme. Monsieur ne s'en plaint pas, bien au contraire. Il semble aux anges, quand elle remonte, l'embrasse et replonge. Une sportive certainement, voire même une apnéiste vu la durée de son exercice. Et plus le plongeon dure longtemps, et plus Monsieur semble monter au 7e ciel.


Je décide alors de sortir du jacuzzi. Je l'envie cette dame de pouvoir s'adonner à cet exercice périlleux. Nous nous dirigeons vers le hammam, puis le sauna tous proches, mais personne d'autres n'y est présent. Mon coquin me demande alors de le sucer, ce que je m'empresse de faire ; je ne peux pas résister à ce cadeau chaleureux. Ma bouche gourmande lui laissera un souvenir unique. Une fois cette petite dose de plaisir savourée, nous nous dîmes que le moment aurait été encore plus fort si un couple ou deux nous avaient accompagnés. L'érotisme aurait été à son comble ; mais ce fût un joli fantasme adapté à la situation.


Retour à la douche qui paraît bien froide puis je dis à mon compagnon que je souhaite partir, quitter ce lieu où nous n'avions prévu que de venir en visite, sans aucun projet précis.

Direction le vestiaire où nous commençons à nous rhabiller. Un jeune couple arrive vers leur casier : une jolie jeune fille et un grand black très bien fait, très bien outillé, un air coquin. Sa coquine semble épanouie, ce que monsieur confirme «c'était bien» dit-il, des étoiles dans les yeux. J'ose lui dire qu'il a un très beau sexe et qu'il est particulièrement gâté par la nature. Je regarde sa compagne qui me précise que quand il la pénètre, elle « « la » sent bien, très bien même ». Le sourire qu'elle a aux lèvres en dit long....

Je demande l'autorisation de toucher son sexe, ce qu'elle m'autorise ; l'homme aussi. Alors je me rue sur ce sexe imposant , même au repos, sexe tentant, d'une jolie couleur, un gland attirant, mais je ne fais que le masser, 3 ou 4 allers et retours très agréables. Puis je rends le bel outil à sa propriétaire qui se dirige déjà vers la sortie. Je lis sur son visage qu'elle veut bien le prêter, oui, mais pas trop longtemps quand même.


Mon coquin regardait la scène avec curiosité et a même imaginé que l'homme me propose une fellation ! Quelle aurait été ma réaction ? Nul le sait ! Enfin..... chut, je ne dirais rien.... Mais le fantasme est bon !!!

Il sourit de cette scène inattendue, m'envie d'être aussi naturelle, adore ce jeu de rôle et cette demande osée, un moment agréable pour tous les 4.

Pour ma part, je me serais crue dans une scène d'improvisation théâtrale ! Jouissif...


Je m'empresse de sortir ma bouteille de gel (hydroalcoolique). Quelques gouttes suffisent pour mes mains encore chaudes d'avoir profité de cette douce peau bronzée ; nous nous rhabillons et nous dirigeons vers la sortie, réglons nos boissons à l'accueil, heureux de ces bons moments d'intronisation dans ce lieu de luxure délicieux qu'est ce club libertin. Nous nous offrons encore le luxe d'une petite goutte de gel avant de sortir de ce lieu si joueur.


Il est sûr que j'y retournerais. Dans quelles conditions ? Seul l'avenir le dira.



46 vues0 commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par Libertinism support - Mention légales -