JALOUSIE, UNE MALADIE DE L'AMOUR (OU D'AMITIE)



La jalousie excessive est source de mal-être. Non seulement elle rend malade psychologiquement, mais peut l'être aussi physiquement et comportementalement. Se faire des films, s'imaginer l'inimaginable, surveiller H24, espionner, étouffer sa/son partenaire, certains diraient que c'est de l'amour... mais tentons de décortiquer ce sujet.

Selon les définitions classiques, c'est une émotion négative par peur de la menace de la perte d'un(e) partenaire ou d'un(e) ami(e), sentir une rivalité vis à vis d'autres personnes, même si celle-ci est infondée ; il faut la différencier de la jalousie envers quelque chose qu'on aimerait avoir, différencier le matériel de l'humain qui dans ce cas, relève de l'affectif.


La jalousie excessive peut aller jusqu'à se rendre malade au point d'user son propre mental, voire même l'organisme, au point de vouloir posséder une personne, aller jusqu'à la perte de contrôle, devenir agressif, ne plus être maître de soi.

Elle n'est en rien objective et se manifeste souvent par de la méfiance et de l'inquiétude envers soi-même ou envers l'autre.


La possession vient essentiellement d'un manque de confiance en soi, qui a des effets sur l'autre...

Une personne jalouse a tendance à se montrer très compétitive, à se comparer aux autres, à se dévaloriser car elle a besoin de récolter le succès, se rassurer sur ses propres valeurs et chercher sans cesse à prouver sa supériorité aux autres.


Le/la jaloux(se) refuse d'entendre que cette jalousie est invivable malgré la souffrance qu'il/elle endure, invivable pour l'autre mais aussi pour soi, tout en étant incapable de faire autrement. Le jaloux est quasiment toujours dans le déni ; il lui est donc difficile de modifier son comportement.


Lorsqu'elle perdure dans le temps, elle prend de l'ampleur et devient insupportable pour le jaloux mais aussi pour celui/celle qui en subit les conséquences ; la séparation est inévitable lorsque chacun des acteurs a besoin de reprendre son souffle, de retrouver un équilibre, de nouveau se sentir libre, pour espérer vivre autre chose.

Mener un interrogatoire en bonne et due forme, questionner sans cesse "Où es-tu ?", "Que fais-tu ?", "Avec qui es-tu" ? Le jeu du loup viendrait-il de là ?


Comment s'en sortir ?

L'effet miroir est-il suffisant pour prendre conscience de la douleur que cela engendre à l'un et l'autre.

Vivre cette situation à l'inverse aide t-il a se reconstruire, ou tout du moins à ouvrir les yeux ?


Sans doute sont-ce des ingrédients, mais pas vraiment un menu complet !

Rencontrer l'amour en est un autre. L'envie de continuer sereinement, de ne pas gâcher ce bel amour, de vouloir à tout prix réussir une belle histoire.


Se rendre compte que faire confiance libère, rend léger, défait d'un poids (celui de la dépendance affective), prendre conscience qu'enfin la vie peut être simple.


Avoir confiance en sa partenaire, ne plus en être jaloux maladif, quelle résurrection ! Se rendre compte qu'il est possible de vivre le moment présent et en apprécier chaque minute, chaque seconde sans s'envahir la tête, sans prise de tête et sans se prendre la tête et la prendre à l'autre !


Se rendre compte qu'une vie simple vaut le coup, d'autant qu'elle est courte..., que le "simple" sentiment de jalousie est une prise de tête que l'on s'inflige tout seul ! Que l'on se prive de merveilleux moments

Les malheurs de la vie aident également à relativiser. Les personnes qui souffrent au point de s'en oublier savent que ces souffrances sont suivies d'une grande relativisation dans les rapports humains. Mais ne souhaitons cela à personne !


Libertiner est aussi une thérapie. Vouloir profiter du meilleur des plaisirs charnels est un échec lorsque la jalousie est présente. Un choix est à faire : garder sa jalousie, refuser de l'admettre, l'imputer à l'autre ou vivre le meilleur au moment présent, se sentir évoluer, se sentir grandir, sentir l'équilibre qui s'installe.


Lorsque la jalousie nous quitte, arrive l'heure de l'apaisement, de la sérénité, de la complicité légère, sans questions qui se posent pour le lendemain. Enfin la personne peut devenir enfin elle même, avec d'autres travers, d'autres petits défauts qui font tout son charme.


Les personnes jalouses sont pleines de ressources, elles sont attachantes car ce grand besoin d'être aimé(e), ce besoin de l'autre, quel qu'il soit les rends uniques.

S'ils se laissaient faire, on aimerait les protég