Fantasme et désir nous transcendent - Acte 2

Mis à jour : févr. 9




La période de semi liberté que nous vivons n'empêche nullement notre vie libertine de se développer, différemment pour certains.


Avec la fermeture des clubs et des bars, nous nous organisons autrement pour nous rencontrer ou nous retrouver. Nous sommes un peu limité, mais cela n'arrête en rien notre vie sexuelle, faite de désirs, de fantasmes, de rencontres et d'expériences autres, parfois inattendues.


Le désir, c'est ce feu qui s'anime en nous et nous donne envie de l'autre. Quantité de choses peuvent provoquer ce désir, qu'il s'agisse d'un sourire, d'un regard, un frôlement, une attitude, une attirance physique ou intellectuelle. C'est parfois quelque chose d'insignifiant qui le suscite.


Mais une fois née, l'idée d'assouvir ce besoin nous obsède et nous donne envie de le concrétiser au plus vite. Il y a dans le désir une idée d'action, que ce soit pour le faire naître ou le satisfaire.


Le désir semble plus important que le fantasme, car il paraît concret, accessible.


Combler ces derniers procure un bien être que nous connaissons tous. Le désir peut aussi nous mener au fantasme, et c'est souvent (pas toujours !) un désir inassouvi qui fait se développer un fantasme. Cela permet de diminuer la frustration de n'avoir pu le réaliser concrètement.


Le désir est un élément primordial pour la création de nos fantasmes. Inversement, le fantasme peut engendrer un désir. C'est même au travers de nos fantasmes que l'on peut réaliser nos désirs les plus fous.

Tant que les pensées engendrent de la satisfaction, qu'elles mènent au plaisir, il faut en profiter sans retenue.


rédigé par Jean Mich

65 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout